Le metteur en scène David Mc Vicar, qui faisait alors ses débuts parisiens et le chef d’orchestre René Jacobs nous avaient donné, voici trois saisons, une Agrippina ébouriffante et éblouissante, saluée unanimement par le public et par la critique. Tout y était, la verve, l’humour, la drôlerie, l’ironie, mais aussi, dans la grande tradition haendélienne, de prodigieux moments d’abandon. Ce spectacle sera redonné pour quatre soirées seulement avec une distribution quasiment identique, au sein de laquelle brilleront à nouveau le Néron androgyne de Malena Ernman, la sensuelle Agrippina d’Anna Caterina Antonacci, le Claudio décalé et ridicule de Lorenzo Regazzo. Le seul changement de distribution concerne le rôle de Poppée, qui sera interprété par la jeune suédoise Miah Persson, dont on a déjà pu admirer ici-même la Nannetta
( Falstaff ) et la Smorfiosa (dans Opera Seria de Gassmann).

ma selection