C’est l’ultime opus lyrique de Verdi, gloire nationale de l’Italie naissante, composé à l’aube de ses quatre vingt étés. Il aimait les grands textes et les grands auteurs, ceux de Shakespeare lui avaient déjà inspiré « Macbeth » puis « Otello », deux tragédies dont il tira, avec la complicité du librettiste Arrigo Boito, deux chefs d’œuvre.
Sept années de silence sépare « Otello » de « Falstaff ». Sept années de méditation sur la marche du monde qui aboutirent à cet immense éclat de rire qui n’a pas fini de nous secouer. Pour le déclencher, il compulse à nouveau le grand élisabéthain et tire de deux de ses pièces, « Henri IV » et « Les Joyeuses Commères de Windsor », le personnage et la trame de son héros bedonnant. Résultat : un miracle de jeunesse et d’invention dans l’écriture musicale, tournant le dos à bien des traditions, avec peu de grands airs à fredonner mais des ensembles qui pétillent, une orchestration qui surfe sur l’humour balisée de plages de vraie mélancolie, comme pour rappeler la dérision des choses de la vie.

ma selection