Jean-François Sivadier aime le théâtre qui travaille poétiquement le politique, un théâtre où la parole invente le vivant, mot après mot, où la résistance au temps qui use permet à la pensée d’être toujours active. Avec La Mort de Danton de Georg Büchner, il s’engouffre dans la première des trois pièces de cet auteur mythique mort à 24 ans, écrite en quelques jours, dans l’urgence, par un jeune homme de 21 ans poursuivi par la police du grand duché de Hesse pour ses écrits révolutionnaires. Ce n’est pas une pièce historique ou pédagogique que rédige Büchner, même s’il s’appuie sur des évènements et des textes historiques. C’est une réflexion sur l’homme pris dans un mouvement qui ne se maîtrise plus humainement. C’est un moment d’arrêt et de réflexions pour les héros de la Révolution qui ne peuvent plus agir et qui vont disparaître dans un délire de pensées, allant vers la mort en écrivant un des plus beaux poèmes dramatiques qu’il soit donné d’entendre. Que ce soit Danton, Robespierre ou Saint- Just, ils sont analysés, disséqués, auscultés par le jeune étudiant en médecine qu’est aussi l’auteur. C’est une véritable tragédie, dans le sens où nous savons dès le début quel sera le destin des héros, mais c’est aussi un véritable manifeste sur l’art dramatique. Büchner sait qu’il ne faut plus écrire comme ses prédécesseurs, Schiller en tête, et que les temps nouveaux ont besoin d’un théâtre nouveau. Il propose alors une forme fragmentée, mêlant mouvement de foule et scènes intimes, discours politiques et dialogues de fiction, offrant aux comédiens de s’emparer de rôles en incessante déconstruction. Jean-François Sivadier veut faire entendre cette polyphonie vocale, ces interrogations, cette vitalité de la pensée sur laquelle plane l’ombre de la mort qui approche, cette humanité cachée derrière les masques. Il veut se mettre au plus près de la vérité des acteurs sur le plateau, retrouvant l’urgence initiale de l’auteur, replaçant, à travers le personnage Danton, l’homme au centre de la scène de théâtre et de la scène du monde.

ma selection