Jan Fabre crée son propre Requiem, sous la forme d’une messe funèbre théâtrale dans laquelle la vie occupe une place centrale. Fabre redonne vie à la mort, la fête, la danse et la vénère comme faisant partie intégrante d’un cycle sans fin.

La mort est un moment qui recèle des silences secrets. Mais c’est aussi un concert assourdissant de souvenirs, d’images et de fragments de vies disparues, désagrégées. Dans la mort, la vie revient en pagaille : un puzzle d’anecdotes, de stupidités, de chambres privées et de sublime fugacité. La mort est remplie de larmes, mais au-delà de ces pleurs, sous les larmes, bien après ou parfois juste par-dessus, il y a cet étrange sourire en coin de la vie. Encore et encore. La mort ensorcelle la vie. La vie ensorcelle la mort. Notre monde ne sait pas bien comment se gérer la mort. Ou plutôt, si : il la relègue le plus loin possible. Il n’y a littéralement plus de place pour les morts. Ce faisant, nous nous défendons de l’un des plus profonds mystères de la vie. La mort n’est pas un moment clinique. C’est une phase de transformation, l’âme déménage, le corps se rabougrit, la peau s’évente et disparaît. La terre, ce grand amas de morts, plante ses crocs dans ce qu’il en reste, affamée, insatiable. Or, un peu plus tard, la vie nous saute à nouveau au visage. Mûrir et pourrir. Ce n’est pas beaucoup plus que ça. Mais son éternelle fougue déborde d’une énergie démesurée. Comme la vague qui vient mourir sur le sable. Sans fin ni début.

Le Requiem est une messe funèbre. Fabre nous entraîne dans la chambre funéraire de la mort. Il prend le pouls du mort, mesure sa température et lui tapote les fesses. La messe funèbre est une fête, un adieu, un nouveau départ.

ma selection