Disons les choses : on ne se connaît pas.
On a reçu un coup de fil fin mars : il y a une cour, avec un plateau, on pourra faire un spectacle dedans.
On commencera à l’écrire ensemble, mi-juin. La contrainte liée au dispositif nous plaît.
Après tout, on pourrait tout à fait imaginer que ce soit statutaire, dans le spectacle vivant, d’avoir peu de temps et pas d’intention initiale. On fera de notre mieux. Comme disait Claude Rains à Humphrey Bogart dans Casablanca : “I think this is the beginning of a wonderful friendship”.
Ou pas.

ma selection