Réalisateur

Simranjit Singh

Année de production

2022

Durée

119 minutes

Format

HD - 16/9

L’action se déroule dans un foyer abandonné, dévasté par le temps où la végétation a repris ses droits. Ce foyer d’accueil a été fermé depuis longtemps et se retrouve au milieu de nulle part. Nora, personnage traversant les trois opus de la trilogie, réalise un documentaire, prétexte pour mieux appréhender le passé caché de son père qui a lui-même vécu quelques mois dans ce foyer. Elle décide de réunir trois pupilles qui y ont également séjourné trente ans auparavant.

Parmi eux :

– Une fille du Nord, qui avait décidé de quitter sa famille déchirée par le chômage et voulait fuir la violence de son père.

– Un fils d’un ouvrier algérien mort dans un accident de travail et dont la mère et les grands frères sont rentrés au pays.

– Un enfant de la Creuse qui ignore son passé et ses racines. Venu en métropole à quatre ans avec sa grande sœur, d’abord placé dans une famille, il a dû intégrer ce même foyer à la suite du divorce de ses parents adoptifs.

Nora les invite à se rencontrer au sein du foyer d’accueil pour recueillir leur parole. Les retrouvailles sont à la fois émouvantes et violentes. Des secrets oubliés remontent à la surface, des vieux démons resurgissent, des histoires d’amour et de trahison éclatent. Nora devient une sorte d’arbitre entre tous ces conflits.
Dans ce huis-clos d’où ils ne peuvent s’échapper, le trafic étant bloqué dans la région suite à un mouvement social, une présence mystérieuse apparaît. Cette jeune femme qui parle très peu, visite chaque personnage, les trouble, les hante, et fait ressurgir un événement traumatique. Elle aussi est une enfant de la Creuse, suicidée dans ce foyer il y a trente ans. Quel a été son lien aux autres ? Quelle a été leur part de responsabilité dans son geste ? D’où a jailli leur cruauté ou leur indifférence à son égard ?

En dehors de leur vie quotidienne, les personnages vont vivre une expérience initiatique. Des souvenirs vont être convoqués, des flash-back interrompre le fil du présent, des traumatismes seront enfin formulés et les blessures soignées. Dans ce dispositif scénographique où les traces du temps deviennent visibles et créent une matière plastique particulière, où l’extérieur organique (des herbes, des arbres, de la mousse, de la terre, de l’eau) a pénétré un intérieur poussiéreux, les corps se confronteront sans répit. Les moments d’intimité (témoignages adressés à la caméra de Nora et projetés en direct sur un écran) cohabitent avec des dialogues et actions durant lesquels les corps expérimentent enfin la colère si longtemps refoulée.

Les morts s’adressent aux vivants, le passé redevient présent, le réel et l’imaginaire se confondent pour donner naissance à une parole où progressivement la violence laisse la place à la réconciliation.

ma selection