Director

Rémi Duhamel

Year of production

2007

Running time

90 minutes

Screen ratio

SD - 16/9

Howard Buten, docteur en psychologie, écrivain il est notamment l’auteur de Quand j’avais cinq ans, je m’ai tué ne tarit pas d’éloges à l’évocation de la performance de Patrick Massiah, en solo sur scène, pour Monsieur Butterfly.

Ce comédien a été frappé au cœur par l’histoire de ce clown, résolu à “partager” les émotions d’enfants handicapés mentaux en défiant l’incommunicabilité de ces êtres. Avec espoir, mais sans utopie, il va pénétrer dans leur univers et évoluer grâce à eux dans son propre rapport au monde.

Monsieur Butterfly s’inscrit dans la mouvance anti-psy de la fin des années 70, rejetant les savoirs théoriques qui ne supposent pas de contact direct et approfondi avec les enfants handicapés mentaux. Cela dit, Patrick Massiah ne s’enfouit pas dans les méandres de l’explication de texte, ne souhaite pas délivrer de message, sinon un message d’amour. “Il est parvenu à maintenir l’humour et la tendresse” commente Howard Buten, l’un des premiers à avoir assisté à la pièce. Sur scène, au milieu de chaussettes multicolores, Massiah manie remarquablement les mots de l’auteur, si pleins d’émotions, avec “garantie médicale”, comme il le répète.

ma selection